L'ENTROPION

LA ROUGEUR OCULAIRE

LA KERATO CONJONCTIVITE SECHE

LA GLANDE LACRYMALE

LA CATARACTE ET SA CHIRURGIE : une information importante se trouve au bas de cette page - vous pouvez aussi visiter un site dédié en cliquant sur ce lien ; cataracte

Votre animal présente-t-il un ENTROPION ?

 

        

 

L'entropion est une malposition de la paupière: il s'agit d'un enroulement de la paupière supérieure et/ou inférieure vers la cornée. Cet enroulement de la paupière entraîne le frottement des cils contre la cornée qui est fragile. Il peut être congénital (c'est-à-dire présent dès la naissance, les premiers symptômes se développant entre 3 et 6 mois d’âge) ou acquis. Dans ce cas ils sont consécutifs à une douleur oculaire ou sont les séquelles d’une plaie des paupières.Ce frottement va se manifester tout d'abord par une conjonctivite ; l’œil est rouge et il pleure en permanence malgré les différents collyres que vous pourriez lui appliquer.Mais les symptômes peuvent être plus sévères ;

- Un voile blanchâtre apparaît sur la cornée,

- puis, peut se développer, un ulcère de cornée avec une douleur très forte (votre chien semble gêné, cligne de l’œil, fuit la lumière forte),

- enfin, le stade ultime est une perforation de l’œil avec panophtalmie (infection de l’œil dans sa totalité). A ce stade, l’œil est définitivement perdu.

- Dans certains cas moins sévère, il ne se développe pas d’ulcère, mais une pigmentation apparaît sur la cornée, avec pour résultat à moyen terme, une perte de la fonction visuelle.

C'est une affection grave, mais curable: l'acte est obligatoirement chirurgical. Il faut repositionner la paupière de façon à retrouver un contact normal avec la cornée. On règle ainsi le problème à sa base. Ceci évitera ainsi toutes les conséquences citées ci-dessus et permettra de conserver à la fois l’œil et la vision.

Toutes les races peuvent être atteintes par cette affection, mais certaines sont prédisposées ; il s’agit du bulldog anglais, du chow-chow, du pointer, du retriever, des races molossoïdes, du shar pei. Chez ce dernier l’entropion peut être spectaculaire comme le montrent les photos ci-dessous.

          

LA ROUGEUR OCULAIRE

LA ROUGEUR OCULAIRE est l’une des modifications oculaires les plus courantes. Sa signification n’est pas très spécifique. La rougeur peut accompagner de très nombreuses maladies oculaires, de la plus bénigne comme une conjonctivite à la plus grave comme un glaucome aigu. Le diagnostic nécessite un examen attentif de l’œil avec localisation de la rougeur (conjonctive, cornée, chambre antérieure, iris), contrôle de la sécrétion lacrymale, mesure de la pression intra-oculaire, examen des réflexes oculaires, observation des structures oculaires externes et internes de l’oeil à la recherche d’un corps étranger, d’une trace de traumatisme ou d’autres symptômes associés comme un œdème de cornée, un déplacement du globe oculaire, un déplacement du cristallin ou une tumeur. Enfin il ne faut pas oublier que l’œil qui subit une inflammation peut être le témoin d’une maladie générale.

CONJONCTIVITE : la douleur est absente ou modérée. En dehors de la rougeur conjonctivale avec parfois présence de follicules, d’un corps étranger, de sécrétions séreuses, muqueuses ou plus ou moins purulentes les structures oculaires sont normales. Une insuffisance lacrymale débutante peut également se compliquer de conjonctivite.

 Résultat de recherche d'images pour "conjonctivite folliculaire chien"Conjonctivite folliculaire

 

KERATITE : la rougeur conjonctivale s’accompagne d’une rougeur cornéenne avec présence anormale de vaisseaux dans la cornée normalement complètement transparente et non vascularisée. Différents signes peuvent accompagner la rougeur cornéenne comme un œdème de la cornée d’aspect blanchâtre, une pigmentation ou un ulcère (perte de substance plus ou moins profonde et étendue de la cornée). Toute atteinte cornéenne nécessite des soins adaptés très rapidement pour préserver la transparence de la cornée et lors d’ulcère éviter sa perforation. Une insuffisance lacrymale importante peut se compliquer de kérato-conjonctivite avec d’abondantes sécrétions muco-purulentes, rougeur conjonctivale et cornéenne jusqu’à une pigmentation marquée avec perte de transparence de la cornée.

Résultat de recherche d'images pour "kératite superficielle chronique berger allemand"   Résultat de recherche d'images pour "kératite superficielle chronique berger allemand"

Kératite superficielle chronique du berger allemand

 Résultat de recherche d'images pour "kératite ulcerative virale chat"Kératite ulcérative virale chez un chat

 

UVEITE : la rougeur conjonctivale s’accompagne de signes de l’inflammation intra-oculaire comme un œdème de la cornée qui perd sa transparence, un trouble du liquide intra-oculaire, un aspect rouge, terne de l’iris ou une pupille serrée. L'oeil a un aspect voilé ou trouble. La pression intra-oculaire est souvent modifiée. L’origine peut être traumatique, infectieuse ou parasitaire et il s’agit d’une affection qui peut mettre gravement en danger la vision. Une maladie générale est souvent en cause notamment chez le chat.

Résultat de recherche d'images pour "uvéite chat" Uvéite chez une chatte

 

GLAUCOME : la rougeur oculaire conjonctivale est souvent intense avec de gros vaisseaux tortueux dans les glaucomes aigus. L'animal est souvent très abattu tellement la douleur oculaire est intense. L'oeil est souvent fermé et difficile à examiner pour le propriétaire auquel l'atteinte oculaire peut échapper. La pression intra-oculaire est élevée. La cornée peut perdre sa transparence du fait de l’œdème. Des modifications intra-oculaires peuvent être décelées comme une dilatation de la pupille avec perte des réflexes oculaires, un déplacement du cristallin, une inflammation intra-oculaire ou la présence d’une tumeur intra-oculaire.

La kérato-conjonctivite sèche

  

 

 

La kérato-conjonctivite sèche est une affection secondaire à une insuffisance de sécrétion de larmes par la glande lacrymale.

Or, le rôle des larmes est de protéger l'oeil. En effet, les larmes lubrifient, nourrissent la cornée et protègent contre les agents microbiens.

Une insuffisance en larmes conduit par conséquent à une conjonctivite infectieuse, une kératite, voire à des ulcères cornéens. L'oeil apparaît alors rouge, sale, sec, quelque fois douloureux.

Après quelques temps, cette affection peut même conduire à une cécité.

Le diagnostic est effectué par le vétérinaire qui a les moyens de mesurer de façon très précise la quantité de larmes qui est sécrétée par les yeux de votre animal.

Le traitement consiste dans un premier temps à traiter l'infection secondaire avec un collyre antibiotique. Des larmes artificielles sont prescrites dans le but de compenser le manque de larmes naturelles.

Dans un second temps, un nouveau traitement à base de cyclosporine en pommade est administré. Cette pommade, mise sur le marché récemment, permet de stimuler la sécrétion de larmes naturelles par la glande lacrymale. Ce traitement donne de bons résultats.

Un suivi régulier de la sécrétion lacrymale est recommandé.

La luxation de la glande lacrymale accessoire

 La glande nictitante est une glande lacrymale normalement enfouie à la base de la « troisième paupière » (membrane blanchâtre dans le coin interne de l’œil de votre chien), Il arrive que la glande change de position pour des raisons encore inconnues. Les animaux sont affectés dès le jeune âge (moins de 2 ans) et parfois même dès l’âge de 2 mois. Certaines races sont prédisposées (cockers américains, beagles, bouledogues anglais, lhassa apsos, pékinois, shar-peïs et certaines grandes races à paupières tombantes), mais tous les animaux sont susceptibles de présenter cette pathologie.

Le traitement est chirurgical ; il consiste à replacer la glande dans sa position d’origine et de l’y fixer. En aucun cas il ne faut procéder à son excision car le chien risquerait de développer dans les mois qui suivent une sécheresse définitive de l’œil. Bien que cette chirurgie ne soit pas une urgence, il est conseillé de ne pas attendre pour procéder à l’intervention (sauf chez les très jeunes chiens) car une fois luxée et exposée à l’air, aux poussières et agents infectieux, la glande va  s’irriter et s’enflammer. La conjonctive sera aussi enflammée et produira du mucus qui pourra prendre un aspect jaune-vert lors d’infection.  De plus les larmes  vont s’écouler sur la paupière et l’irriter à  son tour.

La glande luxée et enflammée est une source d’inconfort pour le patient. Votre chien peut arriver à se frotter l’œil, et si tel est le cas, cela peut engendrer des complications comme des ulcères de cornée ou des lésions de la glande ou des paupières.
Quand aucune chirurgie n’est effectuée et que la glande reste exposée longtemps, elle va se fibroser, s’atrophier et perdre sa capacité à produire des larmes avec comme conséquence un risque de sécheresse oculaire.

La cataracte et sa chirurgie

 Qu’est-ce qu'une cataracte ?                                

 

Cataracte mûre                                      Cataracte incipiens (débutante)

  

Le cristallin est une lentille biconvexe transparente. Cette transparence permet à la lumière de parvenir jusqu’à la rétine. Son rôle est, tout comme chez l’homme, de permettre aux animaux « d’accommoder » afin d’avoir une vision nette en toutes circonstances.

La cataracte est l'opacification du cristallin. Il s’agit d’une affection assez fréquente qui touche toutes les races sans limite d'âge ou de sexe.

Elle peut survenir brutalement ou évoluer sur plusieurs années et peut affecter tout ou une partie du cristallin. Dans la majorité des cas, les 2 yeux sont touchés mais il n'est pas rare de constater des cataractes unilatérales.

Coupe schématique d'un œil de chien

 

Quels sont les symptômes ?

  • Au début : le chien montre seulement une forte sensibilité à la lumière intense et un reflet bleuté apparaît au niveau de l’œil. La vision du chien n'est pas encore diminuée.

  • Progressivement le cristallin prend un « aspect blanc » ; l'acuité visuelle du chien va diminuer, il peut se cogner dans les meubles si l'éclairage ambiant est faible et sa démarche va devenir hésitante dans un environnement qui lui est mal connu.

  • Quand l’évolution est progressive et lente, cela permet à l'animal de s'adapter. Il va compenser la perte visuelle par une augmentation de son acuité auditive et olfactive qui sont déjà les sens les plus développés chez le chien. Il peut se sentir à l'aise dans son environnement quotidien et même dans le jardin. En laisse, dans la rue, sur un trajet connu, il pourra ne pas être trop gêné. C’est pour ces raisons que son maître peut ne se rendre compte qu’assez tardivement que son compagnon a un sérieux déficit visuel.

  • Par contre, s'il fait sombre ou si le lieu lui est inconnu, il sera hésitant et handicapé. Il peut se cogner dans les meubles et sa démarche va devenir hésitante.

  • Le chien change de comportement, devient plus calme, voire prostré dans son coin ou collé aux jambes de ses maîtres. Parfois il peut devenir agressif.

  • A un stade avancé : le cristallin, totalement opaque, apparaît blanc au travers de la pupille.

 

Quelles sont les causes ?

Les causes de la cataracte sont multiples et parfois inconnues. Parmi les causes connues, on cite :

  • Les cataractes héréditaires, plus fréquentes chez certaines races telles les Bergers allemands, les Caniches, les Labradors et  les Golden Retriever par exemple. Les débuts peuvent être précoces et toucher les animaux dès l’âge de 5 ans.

  • Certaines cataractes sont congénitales (présentes à la naissance ou dès le très jeune âge) et dans ce cas souvent associées à d’autres anomalies oculaires.

  • Des cataractes traumatiques : apparaissent dans les suites d'un choc ou d'un corps étranger ayant pénétré dans l’œil. L'évolution est le plus souvent accélérée. Il est donc important en cas de blessure à l’œil de consulter rapidement un vétérinaire.

  • Des cataractes secondaires :

    - à une uvéite : inflammation chronique de l'uvée (partie de l’œil qui comprend l'iris et les tissus avoisinants),

    - à un décollement de la rétine négligé et ancien,

    - à un diabète non ou mal soigné.

  • La cataracte sénile, touche le chien âgé, elle est due au vieillissement normal du cristallin. C'est la plus fréquente. Elle commence vers l'âge de 7 à 8 ans. Elle peut être légère, modérée ou sévère suivant les animaux et l'âge d'apparition.

 

Que faire ?

Une fois le processus d'opacification commencé, celui-ci est irréversible et conduit inéluctablement à la cécité.

Mais la cataracte du chien n'est plus une fatalité ! !

Il n'existe aucun traitement médical qui permette de soigner une cataracte mais l'évolution des techniques chirurgicales permet de nos jours d'opérer les chiens avec un fort pourcentage de réussite.

Les examens pré opératoires.

 Avant toute chirurgie, le vétérinaire doit s'assurer que le chien est apte à subir cette intervention :

• un bilan de santé pré-opératoire (prise de sang, examen cardio vasculaire) est nécessaire afin d’estimer si le patient supportera l’anesthésie et l’intervention, surtout s’il s’agit d’un animal âgé.

• des examens pré opératoires approfondis de l’œil sont indispensables pour s’assurer du bien fondé de la chirurgie ; il s’agit de déterminer si une autre affection met en jeu le pronostic de l’opération. Pour cela on réalise une échographie oculaire et un ERG (électrorétinogramme). Cet examen doit se pratiquer sous anesthésie et consiste à mesurer l’activité électrique de la rétine, tout comme on mesure celle du cœur (électrocardiogramme) ou celle du cerveau (électroencéphalogramme). Par exemple certains caniches peuvent présenter à la fois une cataracte sénile et une dégénérescence de la rétine. Ces chiens sont malheureusement aveugles sans possibilité de traitement.

• Le traitement préalable de toute affection chronique (otite, dents, …) est absolument indispensable avant tout intervention à l’intérieur de l’œil.

• mais il est aussi important de s'assurer de la coopération du propriétaire (ne va-t-il pas oublier de donner le traitement ?) et du chien (va-t-il se laisser soigner ?), car le traitement post-opératoire est astreignant et long.

 

Quelle chirurgie ?

Si les résultats des examens pré opératoires sont favorables, l’opération peut être programmée.

 A la différence de l’œil humain, celui de nos animaux de compagnie réagit violemment à toute chirurgie. Pour prévenir et contrôler cette réaction, un traitement sous forme de collyres associé à un traitement général est administré pendant 8 à 10 jours avant l’opération.

La chirurgie se pratique sous anesthésie générale ; l’anesthésie gazeuse procure sécurité et flexibilité. Elle s'effectue sous microscope opératoire selon, la plupart du temps, la technique de phaco-émulsification.

Par cette technique, le noyau du cristallin est fragmenté grâce à une sonde émettant des vibrations très rapides directement dans l'œil. Le cristallin est ainsi pulvérisé et aspiré par la sonde. Cette technique moderne est identique chez l'homme et chez le chien.  

Dans la plupart des cas, le cristallin enlevé est remplacé par une lentille artificielle pour rétablir une vision quasi normale.

 

            

phaco émulsification à l'aide d'une sonde à ultra son

 

       

  L'implant (qui remplace le cristallin)                                     pendant la pose                                                   

 

Idéalement le chien doit rester hospitalisé 24 heures afin de surveiller régulièrement la pression intra oculaire et sauf complication, il retourner  chez lui dès le lendemain. Afin d’éviter tout grattage intempestif, il doit être porteur d'une collerette protectrice qu'il gardera environ une semaine.

 

Quelles sont les suites ?

Les soins post-opératoires comprennent des collyres à appliquer localement pendant plusieurs mois et des comprimés anti-inflammatoire et antibiotique sur environ deux semaines.

Si tout se passe bien pour 8 chiens sur 10, il faut garder en mémoire les éventuelles complications de cette chirurgie qui sont principalement :

  • Le glaucome
  • Le décollement de rétine

Mais aussi

  • L’inflammation, l’infection, l’hémorragie intra oculaire.

Un suivi rigoureux post-opératoire est donc impératif afin de détecter toute complication et d'y palier au mieux.

 

Conclusion

Le traitement de la cataracte chez le chien a fait beaucoup de progrès et tous les chiens peuvent en profiter, essentiellement les plus jeunes. En effet, la cataracte sénile, bien qu'étant une affection fréquente chez les chiens âgés, la lenteur de son évolution permet à l'animal de s'adapter et de continuer à bien vivre auprès de maîtres et maîtresses attentifs à son bien-être. Il ne faut pas oublier que le chien fait davantage confiance à son odorat (extrêmement développé)  qu'à sa vision (moins bonne que  la nôtre, même chez le jeune chien).

Devant toute baisse de vision ou toute modification de la couleur d'un œil de votre chien, il est important de consulter votre vétérinaire qui posera ou non l'indication opératoire.